hommes-anorexie-boulimie-hyperphagie
|

LES TROUBLES ALIMENTAIRES AFFECTENT AUSSI LES HOMMES !

ÉCOUTEZ L’ENTREVUE AVEC MME NATHALIE ST-AMOUR Ph.D.

nathalie-st-amour-blog

Longtemps, on a cru que les troubles alimentaires ne touchaient que des jeunes femmes, ce n’est plus le cas actuellement. De plus en plus d’hommes sont affligés par cette problématique. L’hyperphagie boulimique qui entrera dans le prochain DSM-V est caractérisée par des épisodes de compulsion alimentaire, mais sans méthode compensatrice. Elle touche presque autant d’hommes que de femmes. La différence rapportée par les études actuelles est que les hommes de façon générale consultent moins. Stigmatisation, isolement, confusion et peurs du jugement seront fréquents face à une problématique longtemps associée aux femmes.

On voit aussi de plus en plus l’émergence d’une problématique en santé mentale que l’on nomme la bigorexie (lire notre reportage sur la bigorexie). Elle touche majoritairement des jeunes hommes et présente une ressemblance marquée avec l’anorexie nerveuse, mais en sens inverse. Ces jeunes hommes se perçoivent trop maigres malgré une forte musculature. Des efforts intenses dans les gyms, des changements nutritionnels, la prise de suppléments et parfois même d’hormones et de stéroïdes anabolisants viseront à modifier ce corps que l’on considère insuffisamment musclé.

Les dernières études confirment que l’anorexie touche de plus en plus d’hommes avec un ratio de 3:1, c’est-à-dire trois femmes pour un homme. Pour la boulimie, un cas sur quatre est un homme. À la Fashion Week de Paris, l’apparition d’un mannequin masculin rachitique sur le podium d’Yves Saint-Laurent a fait réagir plusieurs.

Les hommes sont aussi touchés par les troubles alimentaires d’une autre manière. Comme père ne sachant comment exprimer à sa fille qui l’aime et que son poids n’a tellement pas d’importance. Comme conjoint qui côtoie toute cette souffrance, impuissant. Comme chum qui sera là, peu importe… Et, comme frère qui a hâte de retrouver sa sœur. Il aime tant la taquiner parce qu’elle réagit fortement et il s’ennuie. Pour tous ces hommes, ces pères, frères, conjoints, chums, amis et tous ceux qui vivent un trouble alimentaire isolé, nous avons voulu cette semaine vous dire que nous sommes là aussi pour vous!

Toute la semaine, nous avons partagé vos messages d’espoir, vos fiertés et vos témoignages parce que malgré toutes les difficultés qui entourent un trouble alimentaire, il ne faut jamais abandonner. De magnifiques réussites, des réconciliations, des preuves d’amour incroyable, j’en côtoie quotidiennement. Bonne semaine de prévention des troubles alimentaires!

Nathalie St-Amour

Publications similaires